2008, Chine : le Retour des Concubines


Longtemps, en Chine, le statut d’un homme s’est mesuré au nombre de ses femmes : épouses et concubines. En 1949, les communistes ont condamné la pratique, signe pour eux de décadence bourgeoise. Mais aujourd’hui, après deux décennies d’ouverture économique, on assiste à un retour des concubines. En chinois, elles sont appelées "ernai", ce qui signifie "deuxième femme". J'ai voulu raconter dans la Chine du troisième millénaire l'histoire intime et taboue de ces jeunes filles, prisonnières de leur cage dorée. Aujourd’hui, en Chine, on estime à 100 000 le nombre de femmes entretenues dans la seule province du Guangdong. Eternel fantasme masculin, la tradition des concubines amène des jeunes filles à vivre recluses, condamnées à l’attente et à la dépendance.




Afficher la publication